lundi 15 janvier 2018

Mulberry Tree de Cindy van Wilder

Conquise par le dernier live Youtube de l'autrice Cindy van Wilder, promouvant humblement des dizaines de titres sans glisser un mot sur ses œuvres personnelles, et ayant beaucoup entendu parler du récent La lune est à nous, j'ai eu envie d'aller découvrir un peu plus ce qu'elle écrit. Grand bien m'en a pris, puisque cela m'a permis de découvrir dans la section bonus de son site une bien jolie nouvelle, Mulberry tree. A noter que cette nouvelle a été éditée en format papier !

Année de parution : 2017
Nombre de pages : 101 pages
Genre : contemporaine, nouvelle
Edition : Pluméa


Synopsis :
"Le bonheur se conjugue par petites touches, il ne s'impose pas. Pas plus qu'il ne demeure pour toute la vie."


Mon avis :
Il est toujours difficile de parler d'un texte court sans trop en dévoiler.

Comment dire... Mulberry tree, c'est une expérience. Un moment de lecture d'une densité rare, tant dans les sujets traités que dans les émotions ressenties. En une centaine de pages, l'autrice aborde des sujets aussi forts et sérieux que le deuil, les relations entre parents et enfants, la culpabilité d'être loin de nos proches, la bisexualité. Elle évoque la pression de la société, dans un monde normé où un couple c'est encore, pour beaucoup, un homme et une femme. Et un homme et une femme qui font leur vie ensemble, ça doit avoir un enfant. Occasion rêvée de parler aussi de l'impatience, la déception quand l'enfant ne vient pas assez vite... 

Mais cette histoire, c'est aussi de la joie, une renaissance, et beaucoup de bienveillance. Malgré des passages difficiles, Cindy van Wilder en fait une nouvelle feel-good. Malgré le nombre de sujets traités, elle en fait une nouvelle fluide, naturelle. Quiconque connait un peu le sujet sourira à l'utilisation de termes volontairement flous et non genrés, comme " ma moitié". L'écriture est pudique. Tout ça m'a parlé. 

Je peux donc avouer sans surprise que j'ai été touchée par cette douce parenthèse dans ma matinée, au chaud sous la couette, indifférente aux chats qui réclamaient leur pitance à corps et à cris. Mes larmes ont coulé, bien sûr. Parce que c'est moi, quand même. Alors...

Si vous me cherchez, je suis en train de faire mes cartons. Le camion de déménagement m'attend, je pars vivre à Mulberry Tree !

jeudi 11 janvier 2018

L'opéra de Shaya de Sylvie Lainé

Des années que je parlais de ce livre, que j'avais offert sans avoir l'occasion de le lire. La magie de Noël et son gros bonhomme rouge (d'ailleurs je l'ai pris sur le fait et il ne ressemble pas du tout à ce qu'on pense) lui a permis de se retrouver dans mes petits souliers, pour mon plus grand plaisir. L'opéra de Shaya, cette fois tu ne m'échapperas pas !

Année de parution : 2014
Nombre de pages : 192 pages
Genre : science-fiction, nouvelles
Edition : ActuSF

Synopsis :
So-Ann, née dans un vaisseau spatial, a du mal à s’habituer aux coutumes étranges et contraignantes des mondes où se sont établis les humains. Alors quand elle entend parler de Shaya, cette planète où la faune et la flore sont en totale empathie avec ses visiteurs, elle n’hésite pas une seule seconde. Mais en vérité, qui s’adapte à qui ? Quels mystères se cachent dans ce monde qui semble idéal ?


Mon avis :
Ce livre est en fait un recueil constitué d'une grande novella d'une centaine de pages et de 3 courtes nouvelles. Juste ce qu'il faut pour que je puisse vous dire quelques mots au sujet de chacun d'entre elles !

L'Opéra de Shaya 
So-Ann, jeune femme en quête de quelque chose de plus, quelque chose qui donnera un sens à son existence, est fraîchement arrivée sur Flog6. Énième déception, énième planète en carton, où les apparences sont règnent en maîtresses. Ici, les codes sociaux, c'est robes à froufrous et perruques ridicules. Génial, encore un mauvais moment à passer.
Quand elle entend parler d'un programme d'échanges génétiques sur Shaya, elle voit enfin une lueur d'espoir poindre à l'horizon. Elle fait alors la connaissance d'une planète et d'un peuple différents, sur laquelle l'évolution est rapide et visible, sur laquelle la population est avide de partager le génome de ses visiteurs pour en tirer le meilleur, pour devenir meilleur... Certes les coutumes sont parfois déstabilisantes, mais ce mode de fonctionnement a une résonance particulière pour So-Ann.
A travers cette novella, Sylvie Lainé livre une critique acide et satyrique de nos sociétés actuelles, obnubilées par le paraître, et dans lesquelles l'être n'a plus vraiment d'importance... Elle nous parle du sens du sacrifice, et de l'engagement hors du commun d'un individu pour son peuple...

Grenade au bord du ciel 
Cette nouvelle-ci est très courte, mais très dense ; on y parle d'éthique scientifique. Une gigantesque découverte est faite, et elle peut changer définitivement et profondément la vie des habitants de notre planète. Dès lors, faut-il ou non la mettre à disposition ? Sur quels éléments baser une telle décision, et comment en évaluer les potentielles conséquences ? Voilà des questions qui se posent auxquelles il n'est pas simple de répondre !

Petits arrangements intra-galactiques 
Décalée. Voilà le premier mot qui me vient pour décrire ce texte ! Ou comment faire contre mauvaise fortune bon cœur. Un voyageur de l'espace est contraint, faute de carburant, de s'arrêter sur une planète méconnue. Il y découvre une flore et faune assez... caractéristiques, inattendues, hilarantes. On est loin du fantasme Roswell et humanoïdes à tentacules, végétation hostile à picots empoisonnés. Non, ici, ce sont sapinous bleus sauteurs et grosses vaches roses montées sur ressort. Incongru, difficile de ne pas sourire lors de la lecture, mais on trouve quand même derrière tout ça un homme qui essaie de survivre, concentré sur le nerf de la guerre : comment se nourrir et s'abreuver. La solution est... peu ragoûtante ! Bonne lecture, et bon appétit.

Un amour de sable
J'ai adoré cette nouvelle. Ou comment l'Homme peut passer à côté de choses passionnantes, étonnantes, nouvelles parce qu'il ne voit pas. Parce que si ce n'est pas comme lui ça ne peut pas être. On rate sûrement des tas de choses, avec nos esprits étriqués... Le lecteur se voit ici amené à voir les choses différemment, à s'ouvrir et à conceptualiser des idées qui ne nous ont pas effleurées jusqu'à lors. Joliment fait.

L'écriture de l'autrice est sans fioritures, elle va droit au but, sans s'encombrer de tournures tarabiscotées. C'est fluide, c'est pur, c'est poétique. J'ai voyagé, avec ces nouvelles, dans des univers colorés, vivants et d'une richesse impressionnante... Et quand je regarde le ciel grisâtre de mon hiver citadin, j'ai presque envie de m'enfuir sous le ciel violet de Shaya.

Double bonus de ce recueil : la préface signée Jean-Marc Ligny - et dans laquelle transparaît toute son admiration et son amitié pour Sylvie Lainé - et l'entretien avec l'autrice, mené par ce dernier. Et à la lire, j'ai compris. J'ai compris pourquoi elle me touche autant, pourquoi j'ai tant de plaisir à l'écouter parler de sujets aussi divers que variés. Ce "handicap" de ne pas avoir les codes sociaux, les modes d'emploi pour réagir à différentes situations en société, mais aussi cette capacité à lire le non-dit dans l'attitude des gens. Et je me suis revue, en décembre dernier, alors que je la rencontrais dans le cadre d'un échange littéraire en librairie, paralysée à l'idée de demander une petite griffe dans son dernier recueil sur lequel j'avais jeté mon dévolu. Et c'était elle qui était venue me le proposer, le plus naturellement du monde, avec un sourire et une gentillesse qui ont fait tomber mes appréhensions. Merci, Mme Lainé.

jeudi 4 janvier 2018

Bilan de l'année 2017 : les mangas et comics

Dernières catégories de lectures à passer en revue pour bien terminer 2017 et attaquer 2018 en beauté, les comics et mangas. Bilan moins 

Les chiffres !
  • 57 tomes de mangas
  • 10 comics (bouh)
  • 7 séries commencées
  • 5 séries terminées (yeah !)
  • 1 série commencée à jour des publications
  • Le record de tomes pour un manga : Cesare, 11 tomes devant Vinland Saga (9 tomes)

Top 3 mangas de l'année

Je dois ma plus belle découverte manga de l'année à C'era, qui m'avait parlé entre autres de cette série qui relate l'histoire des Borgia et des Medicis. Nous voilà donc témoins des complots, manipulations et autres jeux de pouvoir entre Pise, Rome et Florence, lors de la Renaissance italienne. C'est très bien documenté, ça colle aux grands faits historiques, même si bien sûr quelques libertés sont prises afin de donner la meilleure histoire possible. Très bons moments pour moi que ces moments de lecture, et, gloire, je suis à jour !

Série très différente, Démokratia est signée Motorô Mase, qui m'avait déjà séduite avec Ikigami, préavis de mort. Ici, il est question d'une humanoïde dont tous les faits et gestes sont commandés par un groupe de personnes diverses et variées, par le biais de propositions soumises à un vote systématique. En apparence un parfait système démocratique. Mais voilà, l'Humain étant ce qu'il est, des cas de conscience et grosses dérives vont vite émailler ce jeu. L'occasion d'une intelligente critique de la société.


On remonte encore dans le temps pour la troisième série à l'honneur, Vinland Saga. Cette fois, c'est à l'histoire scandinave et à ses Vikings que nous rendons visite, accompagnant Thorfinn en quête de vendetta. Très jeune mais néanmoins brillant guerrier, il poursuit tant bien que mal sa quête personnelle, et est progressivement amené à voir la vie différemment...




Point comics

Comme ils ont été peu nombreux, le genre n'étant pas mon favori, je vous les présente tous !

Comme le titre l'indique, Tony Chu est un détective cannibale. Son aptitude à remonter toutes les étapes de la vie de ce qu'il ingère lui donne un avantage indéniable pour résoudre les enquêtes qu'on lui confie. Seul bémol : ça implique juste de bouffer un morceau de macchabée. Pas ragoûtant ? Tant pis, moi je trouve que l'idée est fun !





Lady Mechanika, c'est mon comic chouchou de l'année. L'histoire ne casse pas la baraque, on n'est pas sur le genre innovant de l'extrême. Mais le côté résolument steampunk me plait, que voulez-vous. Celle qu'on a surnommé ainsi, donc, est à la recherche de ses origines. Comment s'est-elle donc retrouvée affublée de ces deux bras mécaniques ? J'ai avalé les trois premiers tomes, série à poursuivre en 2018 !




Freaks' Squeele, c'est une série commencée il y a quelques années maintenant. 2017 m'a vue arriver au bout (7 tomes seulement, pourtant). L'idée de départ est sympa aussi, une école de monstres gentils qui doit vite affronter les méchants de l'école d'à-côté. J'ai trouvé que ça s'essoufflait passés quelques tomes, d'où ma lenteur à terminer. J'ai toutefois tenté le spin-off Freaks' Squeele Funérailles, un personnage que j'avais apprécié, et je crois que je vais me laisser aller à poursuivre !


On arrive au bout de ce bilan, espérons que 2018 soit aussi riche en quantité et qualité ! RDV dans un an (mais revenez d'ici là hein, on va parler de plein de choses) !